Je suis toujours divisé(e) entre : “Si ça doit arriver, ça arrivera” et “Si tu le veux, va le chercher”

Vous désirez quelque chose ardem­ment et cela ne vient pas ?
Ou, vous ren­con­trez des blocages au moment où vous essayez de faire quelque chose (engage­ment, choix, investisse­ment etc) ?

Alors pour essay­er de com­pren­dre ou de vous ras­sur­er, vous vous dites cette petite phrase : “Si ça doit arriv­er, ça arrivera…”, “Si ça ne se fait pas, c’est que ça n’est pas pour moi”.
Mais d’un autre côté, vous vous rap­pelez le dis­cours des “gag­nants”, de ceux qui réus­sis­sent : “Si tu le veux va le chercher”, “Quand on veut, on peut”, “Ils ne savaient pas que c’était impos­si­ble alors ils l’ont fait”.

Et là… vous ne savez plus quoi faire. Vous doutez et ce doute vous immo­bilise. Vous préférez laiss­er les ques­tions telles que : “Je me bats ou je me bats pas?”, ”J’y vais ou j’y vais pas ?”, pour plus tard.
En faisant cela, vous repoussez l’acte de choisir… ou plutôt vous ne choi­sis­sez pas. Ce qui cor­re­spond à ne rien faire, à ne pas vous engager et donc à ne pas avancer.
Et l’envie d’avancer, l’envie que quelque chose change, reste frus­trée…

Alors, quelle posi­tion adopter ?

Si ça doit arriver, ça arrivera”

Avan­tage de cette posi­tion :

Vous essayez de dévelop­per le lâch­er-prise.

Atten­tion cepen­dant, “lâch­er-prise” ne veut pas dire ne plus vouloir quelque chose mais accepter d’être heureux quelque soit le résul­tat. Ce qui est très dif­férent.

Si vous avez tout essayé et don­né le max­i­mum de vous-même, alors cette posi­tion intérieure vous per­me­t­tra d’ACCEPTER, que pour une rai­son mys­térieuse et incon­nue de votre men­tal, vous ne pou­vez accéder à ce désir. Elle vous aidera à accepter ce que vous ne pou­vez pas chang­er. Vous serez dans La Posi­tion Essen­tielle.

Impasse de cette posi­tion:

Une par­tie de vous (que l’on appellera ici l’Ego) n’aime pas le change­ment. Il crée donc tout un tas de résis­tances quand il s’agit de vivre du nou­veau dans votre vie. Il aime le fam­i­li­er, le répéti­tif, peu lui importe si cela s’accompagne de mal-être ou de frus­tra­tion, du moment qu’il garde le con­trôle. Il va donc créer en vous des pen­sées, des sen­sa­tions de peur ou de doute, des actes man­qués… ou se servir de l’extérieur pour créer des blocages et ten­ter de vous arrêter à la moin­dre occa­sion.

En gros, il ne vous laisse pas TOUT ten­ter, il vous freine avant. Il réus­sit ain­si, si vous l’écoutez, à vous lim­iter dans votre évo­lu­tion.

Pour résumer, si vous n’avez pas TOUT ten­ter pour avancer, et que vous arrêtez, vous êtes dans une posi­tion égo­tique : c’est votre Ego qui vous mène par le bout du nez quoi !

Si tu le veux, va le chercher”

Avan­tage de cette posi­tion:

Vous ne restez pas vic­time de la sit­u­a­tion. Vous choi­sis­sez une posi­tion active plutôt que pas­sive face à ce qui vous bloque.

L’Ego ne réus­sit donc pas à vous décourager mal­gré quelques bugs, blocages et incom­préhen­sions. Vous con­tin­uez à prou­ver votre investisse­ment et votre engage­ment.

Cette posi­tion (essen­tielle) d’engagement durable envers ce qui vous ani­me crée une force de ray­on­nement qui vous mène loin. C’est pour cette rai­son que les per­son­nes qui per­sévèrent réus­sis­sent générale­ment, à plus ou moins long terme.
L’endurance psy­chique favorise les plus grands change­ments intérieurs.
C’est aus­si pour cette rai­son que des livres de développe­ment per­son­nel, tel que “le mir­a­cle morn­ing” d’Hal Elrod, ont autant de suc­cès. Ils favorisent cette énergie d’endurance et d’engagement envers soi-même.

Impasse de cette posi­tion:

Vous avez beau avoir TOUT essayé, vous per­sis­tez à vous accrocher.

Vous refusez que cela vous résiste, vous refusez de per­dre le con­trôle. Ou plutôt votre Ego refuse de per­dre le con­trôle… Face à cette impuis­sance vous développez de la fatigue, du stress voir un sen­ti­ment d’injustice. Vous devenez irri­ta­ble et il devient urgent que quelque chose bouge…  LÂCHEZ !

C’est en bougeant à l’intérieur que ça bougera à l’extérieur. Puisqu’en vous accrochant comme un(e) dingue ça ne change rien, cessez de vous agrip­per. Tra­vaillez le lâch­er-prise : acceptez d’être heureux quelque soit le résul­tat, puisque vous avez tout ten­té.
Oui, posez-vous enfin et respirez. Regardez tout ce que vous avez autour de vous et qui vous plaît. Et ressourcez-vous avec cela pour le moment. Reprenez des forces. Fichez-vous un peu la paix quoi !

Ces deux phras­es sont donc glob­ale­ment justes. C’est le con­texte qui va nous indi­quer laque­lle est la plus adap­tée.
Le repère sur lequel vous allez pou­voir compter, sera de vous deman­der si vous avez tout essayé.

Si c’est le cas, l’acceptation de la sit­u­a­tion telle qu’elle est, sera votre clef de trans­for­ma­tion. C’est cette accep­ta­tion (qui n’a rien avoir avec le fait de baiss­er les bras puisque vous êtes allé(e) au bout) qui créera du change­ment à l’intérieur et favoris­era donc le change­ment à l’extérieur. Et ce change­ment se fera de manière juste (de justesse et pas de jus­tice), par rap­port à vos besoins essen­tiels (le plus sou­vent incon­scients).
C’est le moment où il est aidant de faire con­fi­ance en la vie et en ce qu’elle souhaite vous apporter.
Car de toutes les façons, si ce n’est pas pour vous, vous pour­rez TOUT faire, cela ne chang­era rien. Ça ne sera pas pour vous, point. Tant que vous pou­vez le faire, c’est qu’il y a quelque chose à appren­dre… l’expérience vous éclair­era alors sur le pourquoi du com­ment.

Si vous vous retrou­vez dans le cas où vous n’avez pas tout ten­té, votre Ego vous joue des tours pour frein­er le change­ment qu’il pressent par rap­port à cette nou­velle sit­u­a­tion. S’il dépense de l’énergie pour vous frein­er c’est bien parce qu’il SAIT, que le change­ment arrive. Sinon il ne se fatiguerait pas pour rien.
Repères : vous n’avez pas tout ten­té, vous reculez, Bin­go Ego débusqué ! Fon­cez.

Entre-nous, ses astuces préférées pour nous faire reculer sont sou­vent des argu­ments très effi­caces car très “raisonnables”:

  • Tu ferais mieux de dépenser cet argent autrement.
  • C’est pas le moment, tu ver­ras plus tard.
  • Mais qu’est-ce que ta mère/père/femme/mari/amis etc… dirai(en)t?!
  • Arrête tes caprices!
  • Arrête de ne penser qu’à toi.
  • Je le ferai, quand patati pata­ta…

Alors que l’Essence en nous ne cesse de vouloir nous guider par le désir, le plaisir et la joie intérieure, l’Ego nous brime avec les “Il faut” et les “Qu’en dira-t-on?”.

Vous préférez don­ner votre énergie à vos peurs ou à vos envies ?

L’énergie que vous émanez attire à elle des éner­gies sem­blables. C’est pour cela que la peur n’évite pas le dan­ger… mais plutôt qu’elle l’attire ! Si et seule­ment si vous l’alimentez avec vos choix.

Passez donc de la rai­son à la réson­nance.
Nour­ris­sez vos désirs de votre énergie et récoltez-en les fruits !

Ten­tez donc tout, sans vous man­quer de respect ou vous met­tre en dan­ger.

Marc Aurèle dis­ait :
“Mon Dieu, donne moi le courage de chang­er les choses que je peux chang­er, la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas chang­er et la sagesse de dis­tinguer entre les deux.”  

Et ça tombe bien parce que… c’est juste­ment ce que La Posi­tion Essen­tielle souhaite vous appren­dre à faire.

Bonnes réflex­ions !

Pour recevoir les arti­cles directe­ment dans votre boite mail, pensez à vous inscrire à la newslet­ter en inclu­ant lapositionessentielle@gmail.com dans vos con­tacts :

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *